L’élimination du film bio

Le nettoyage à temps et avec expertise d’éléments sensibles au développement de bactéries est primordial pour garantir la sécurité et le rendement de vos installations.

Un film bio est un agrégé complexe de micro-organismes dans une matrice protectrice et adhésive.
Bien que d’innombrables types différents de film bio puissent se développer, ils ont pourtant quelques caractéristiques communes: ils sont attachés à une surface, ont une structure irrégulière, hébergent souvent une communauté de microbes très diversifiée et sont fort étayés via la matrice extracellulaire de substances polymères.
Un film bio peut se développer quasi partout.
Les assises fixes en fréquent contact avec l’eau (p.e. réservoirs d’eau) sont extrêmement propices à la formation du film bio

Cette formation commence par un nombre de ‘colonisateurs’ (p.e. Pseudomonas sp.) en suspension libre qui s’attachent superficiellement  à des surfaces fixes.
Si à ce moment-là aucune intervention n’a lieu, ces colonisateurs s’attachent permanemment pour créer à leur tour une sorte de « lieu d’ancrage » pour une grande diversité d’autres micro-organismes (p.e. bactéries, archaea, amibes, moisissures et algues). En un minimum de temps le film bio croît pour atteindre une structure macroscopique où en même temps une matrice tenace est produite qui protège les micro-organismes du monde extérieur. Nous en sommes arrivés maintenant au point où le film bio ne croît pas seulement en attachant les micro-organismes flottants qui passent, mais également par la multiplication des organismes présents dans le film bio même.

Ce film bio mature est maintenant  une structure complexe dans laquelle les divers micro-organismes communiquent entre eux au moyen de quorum sensing et remplissent à part leurs propres tâches métaboliques. Leur but commun : s’isoler du monde extérieur et maintenir sa matrice protectrice.

Cette matrice extracellulaire matrice peut être considérée comme la ‘colle’ qui tient ensemble tout le film bio. Elle se compose de polymères qu’on appelle ensemble des substances polymères extracellulaires ou exopolysaccharides (EPS).
Cette matrice protège les cellules et permet la communication interne via des signaux biochimiques. Souvent on trouve également des ‘canaux’ dans la matrice qui assurent le transport d’éléments nutritifs. Il s’est avéré que les micro-organismes dans un film bio se comporteront autrement, deviendront souvent plus pathogènes, et surtout seront plus résistants (jusqu’à 1000x) contre les antibiotiques, les détergents et les biocides.
Un film bio bien développé ne forme donc pas seulement un danger pour l’installation d’eau, mais également pour la santé publique. La présence coriace de Legionella pneumophila dans beaucoup de systèmes d’eau est principalement due au fait que cet organisme se cache dans le film bio du système.

Les problèmes que la formation du film bio comporte :

  • Diminution du rendement (p.e. chauffage)
  • Corrosion des installations
  • Danger d’infection (Pseudomonas, S. aureus, Legionella...)
  • Problèmes esthétiques et nuisances olfactiques